Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des bruits qui courent.

IMG_20130620_141619-1.jpg

     Personne ne sera son juge et il ne plaidera pas coupable. Les principales victimes de la justice des hommes ne sont pas les assassins dûment pourvus d'alibis en béton armé mais les innocents par définition désarmés.  Certes,  les blanches colombes  ne devraient pas avoir peur des bruits qui courent mais quand même se méfier  de la bêtise de ceux qui croisent leur route. Quel innocent blanchi du bout des lèvres par des juges qui se croyaient infaillibles a pu retrouver son intégrité et sa respectabilité ?  Pas Dreyfus dont la carrière militaire n'a jamais décollé après son acquittement, pas Pierre Goldman assassiné par un commando nommé "Honneur de la Police", pas Patrick Dils qui se voit toujours refuser  les postes au contact des enfants (le fameux principe de précaution). Lancez une rumeur sur internet en ayant l'air sûr de vos sources, choisissez les bons relais d'opinion pour qu'elle circule vite et il y aura bien un journaliste du Canard ou un pigiste de Mediapart pour en faire ses choux gras. Et, comme la justice quand elle fait fausse route (en ayant détruit, laminé, réduit à néant la vie d'un innocent), la presse rechigne à reconnaître ses erreurs. Celui qui avait fait l'ouverture du journal de 20 heures comme coupable désigné devra se contenter de 3 lignes lapidaires dans un quotidien régional pour annoncer sa relaxe. 

Écrire un commentaire

Optionnel