Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Du temps perdu et de sa vaine recherche.

20120703_114357.jpg

"Periculosum est credere et no credere" disait Phèdre. Il est dangereux de croire et de ne pas croire. Nier les faits a priori, c'est orgueil et sottise ; les accepter sans inventaire, c'est faiblesse et folie.  Je souffre du temps gaspillé à ne rien faire.  Vivre ne consisterait-il qu'à gâcher du temps ? Chacun devrait chercher et trouver la grande tâche qui donnera un sens à son existence. Mais la question pourrait se poser autrement : pourquoi donner du sens à sa vie si la mort nous renvoie au point de départ, si elle remet sans cesse les compteurs à zéro ? Chaque jour davantage, je serre les dents, volonté farouche d'écarter les soupçons, de les tenir à distance de mes certitudes inébranlables. Jamais je n'eus autant besoin de te prendre dans mes bras. Mais j'ai ma fierté, moi que l'on croyait mort alors que je n'ai jamais déserté ces parages. Mensonge !  Je suis las de faire croire que mon corps a le même travers (puisque son ombre n'a pas bougé), les lignes inchangées depuis l'adolescence. Mensonge !  Je suis ressuscité d'entre les vivants et, comme pharaon, le moindre courant d'air suffirait à disperser la poussière dont je suis fait de la tête au pied. Ainsi, je me dois de demeurer, enveloppé dans mes vieux vêtements, momie indissociable des bandelettes qui habillent son éternité.

 

Écrire un commentaire

Optionnel